DANIEL FIRMAN UN GESTE DÉFINISSANT UN ESPACE, REDÉFINISSANT LUI-MÊME UNE ARCHITECTURE


Les associés historiques de la Compagnie des Immeubles Parisiens ont personnellement et à travers leurs réalisations, accompagné des artistes et entretenu des rapports privilégiés avec chacun.

L’art est, en effet, une partie de leur vie qui guide leur cheminement à la fois personnel et professionnel.

La famille d’un des associés a tissé depuis plusieurs années des liens privilégiés avec Daniel Firman.

Quand il a été décidé que la société qui réalisait des travaux au 67 bd Lannes allait impacter l’immeuble avec une œuvre forte, c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers Daniel Firman.

Daniel Firman est l’une des figures importantes de la scène artistique française, participant à de nombreuses expositions, tant personnelles que collectives, en France ou à l’étranger.

La démarche, ainsi que le questionnement de l’artiste se fondent sur le corps, l’espace, le mouvement et le lien qui les unit.

L’artiste emprunte à la vie quotidienne ses objets, tels que lave-linge, congélateur ou sèche-linge.

Des vêtements du quotidien apparaissent également habillant des « personnages » anonymes qui ont pour particularité de cacher leur visage, mis en scène sur un mode réaliste, empruntant une attitude émanant d’un mouvement chorégraphique.

Daniel Firman oriente son œuvre, plus particulièrement, vers la simplicité et la légèreté ou encore vers la danse et la gestuelle.

Ses créations sont conçues à partir de techniques et de processus aussi divers que moulage, performance, recyclage, photographie, construction…

Pour notre opération du bd Lannes, il a imaginé un danseur, car la problématique de Daniel se porte sur ses impressions. Associer le corps et l’espace a été le thème majeur de sa création. Fernando est le danseur choisi par Daniel pour ce travail. Ils travaillent régulièrement ensemble. Et notamment en l’Hôtel de Miramion dans une aventure extraordinaire que nous évoquerons dans quelques temps.

On lui a demandé de suivre son travail au quotidien pour mieux comprendre sa démarche et assister à la réalisation. Ces images seront sur notre blog toutes les semaines pour que vous puissiez suivre la démarche du sculpteur.

Interview de Daniel FIRMAN :

La pose :

« Voici la pose. Elle joue avec le miroir. Les mains en façade ne révèlent rien ; c’est seulement dans le miroir que l’on voit une organisation complexe des doigts.

Les mains sont les parties organisées de la sculpture. Elles condensent l’histoire et l’aboutissement du geste.

Elles portent, pour moi, l’équivalent d’une structure architecturale, d’une maison, dans sa complexité et son secret.

La main bâtit mais elle est aussi un bâtiment.

Alors penser à une chorégraphie pour mettre en jeu cette condensation de la main dans l’organisation plus large d’un bâtiment, c’est apporter un nouvel espace plus petit mais infini de sens dans l’échelle de ce lieu ».

< RETOUR À L'ACCUEIL


Derniers articles
Archives